Logo de l'Univers des Jeux Sur Table
Accueil | Découvrez les jeux - Lexique Ludique

Lexique Ludique



Cette rubrique de l'univers des Jeux sur Table s'adresse à toux ceux qui souhaitent connaître le vocabulaire courant des jeux de rôles et des jeux de plateaux. Il n'est pas exhaustif, il s'agit surtout de pouvoir suivre une conversation entre deux joueurs. Vous saurez traduire "Mon PJ a lancé 3D6 et là, misère ! Fumble!" ou "C'est un jeu en coop' qui utilise un D8 pour attaquer les catapultes".




JdR : Jeux de Rôles.

Le JdR ou jeu de rôles se pratique en salle autour d'une table. Un joueur est le meneur de jeu qui connaît le scénario. Les autres ont des rôles dans le scénario, des personnages à interpréter, décrits sur une feuille de papier. Ils vont découvrir le scénario ou faire autre chose dans ce même monde. Comme une sorte de conte interactif. Avec le développement de jeux vidéo qui utilisent le même nom, les rôlistes doivent de plus en plus souvent préciser « jeu de rôle sur table » ou « jeu de rôle sur papier »...


JdP : Jeux de plateau.

Une nouvelle génération de jeux de société est apparue dans les années 1980. Les thèmes sont très variés et les systèmes de jeux plus encore. Il sera vain de prétendre tous les connaître. Ils se jouent sur table autour d'un plateau de jeu cartonné mais parfois avec des pièces de jeu ou simplement des cartes. La tendance des dernières années privilégie les jeux à thème, faciles à mettre en place et à jouer.


GN : Jeu Grandeur Nature.

Ou plus simplement Grandeur Nature (GN). Ce type de jeu se déroule en extérieur et souvent avec des costumes. Le principe est le même que celui des JdR, mais les joueurs rencontrent physiquement les autres personnages qui sont tous joués par des participants et/ou des organisateurs. Ces jeux sont plus proches des reconstitutions historiques ou des tournages. Ils sont parfois appelés « jeux semi-réels ».


Extension.

Parfois utilisé pour les jeux de rôles mais plus souvent utilisé pour les jeux de plateau, il s'agit de règles avec le plus souvent du matériel supplémentaire destiné à enrichir un jeu. Permettre de jouer à 5 ou 6 joueurs.



Jeux de cartes.

Jeux où il n'y a pas de plateau, il est constitué de cartes où les règles et/ou l'utilisation des cartes sont décrites. On utilise peu ce terme car Jeux de cartes désigne plutôt pour le grand public les jeux de cartes à collectionner (Pokémon, Magic, Yu-gi-Oh, etc...) et la confusion est facile.


Exemples : Service compris, Bohnanza.


Jeux familiaux.

Jeux de plateaux où toute la famille peut se retrouver, du joueur débutant au joueur confirmé. Les règles sont assez simples pour être comprises par des enfants de 8-10 ans.


Exemples : Les Colons de Catane, Carcassonne, ou les Aventuriers du Rail


Jeux d'ambiance.

En général plutôt jeux avec des cartes qu'avec un plateau classique, ils ont un thème d'ambiance assez précis et se prêtent souvent bien au jeu en équipes. Les fous rires sont nombreux.


Exemples : Time's Up, Jungle Speed, Les loups-garous de Thiercelieux


Jeux coopératifs.

Ces jeux de plateaux sont conçus afin que les joueurs collaborent pour gagner la partie. Chaque joueur fasse une phase de jeu pour l'ennemi (le jeu) et une pour l'équipe.


Exemples: Les Chevaliers de la Table Ronde, Pandémie, Yggdrasyl.


Jeux de simulation.

Jeux de plateaux qui simulent des événements réels. Il peut s'agit de courses comme Formula D ou de conflits comme Mémoire 44.


Tuiles.

Dans les Jeux de plateaux, ce sont des éléments en carton épais utilisés pour former le plateau de jeu comme dans les Colons de Catane ou des éléments du jeu plus grands que des pions comme dans Chantilly.



Rôliste.

Ce néologisme désigne quelqu'un qui joue au jeu de rôles. Il peut être personnage-joueur, PJ, ou meneur de jeu, MJ. La plupart des joueurs deviennent alternativement les deux selon l'univers imaginaire où ils jouent.


MJ : Meneur de Jeu.

Le joueur qui a lu ou connaît le scénario (il peut aussi improviser). Il décrit l'univers imaginaire (ce que voient les personnages joueurs) et joue le rôle d'arbitre entre l'univers imaginaire et les actions des autres joueurs (ex : se taper contre un mur n'a pas de conséquence à moins d'être très très fort; mais taper sur quelqu'un provoque la plupart du temps une réaction de la personne visée et/ou des témoins). Il tient le rôle du narrateur dans les contes. Dans les jeux en Anglais, on trouve GM soit « Game Master ». Certains joueurs utilisent les termes de « Maître du Jeu » qui ne sont rien de plus que la traduction littérale en Français. Beaucoup de jeux donnent d'autres noms plus ou moins exotiques au MJ (ex : Director dans Buffy RPG, Referee dans Twillight 2000, Sholari dans Jorune). Mais les joueurs Français disent tous MJ (Ok, parfois « Meujeu »...)


PJ : Personnage Joueur.

Certains préfèrent parler de personnage incarné. C'est un type de personnage construit sur papier en utilisant les règles du jeu. Un joueur autre que le MJ endosse le rôle ainsi défini. On emploie souvent PJ pour désigner le personnage imaginaire par opposition au joueur lui bien réel pendant les parties. Cela donne par exemple : « Mon PJ lui dit qu'il est complètement naze ! ». L'équivalent anglais est PC qui signifie « Playing Character ». Un PJ est donc un personnage qui peut modifier le cours du scénario comme le souhaite son joueur.


PNJ : Personnage Non Joueur.

A la différence du précédent, il s'agit d'un personnage entièrement créé et interprété par le MJ. Il est plus ou moins détaillé selon son importance dans le scénario. On détaille plus la princesse chieuse, l'ami de longue date ou le marchand traître que le passant à qui les PJ demandent leur chemin. En Anglais, il se dit NPC pour « Non-Playing Character ». Les PNJ ne peuvent pas changer le déroulement du scénario puisque leur rôle est défini à l'avance par le scénario.



D8 : Dés à 8 faces.

On utilise ce système d'abréviation pour tous les dés spéciaux employés pour jouer. Deux jeux de rôles, Elekase et Deadlands utilisent tous les dés existants : D4, D6, D8, D10, D12, D20, D30 et D100. La plupart des jeux n'en utilisent que 3 ou 4 types différents, beaucoup seulement les D20, D10 ou D6. Les jeux de plateaux utilisent généralement des D6 ou des dés spécifiques au jeu. Notre bon vieux dé du 421 ou du Jeu de l'Oie est un D6 (un cube, quoi).


D100 : Dé à 100 faces.

En réalité, il s'agit de 2D10 (Oui, bravo ! Ce sont bien 2 dés à 10 faces) qui sont employés l'un pour les unités, l'autre pour les dizaines (00 égale 100). Il permet d'avoir un pourcentage de réussite, mesure que chacun peut facilement évaluer. Il a été inventé pour les jeux du Basic Roleplayinq Game de Chaosium.


Scénar : scénario.

En Jeu de rôles, exactement comme un film ou une nouvelle, les personnages sont placés dans une situation de départ et le narrateur déroule un scénario qui peut évoluer selon les actions des joueurs. A la différence d'un scénario classique, il est rare que 2 groupes de joueurs imaginent la même fin (en dehors des coups de génie ou des catastrophes), même si les résultats sont proches au final (ex : Prévenir les Rebelles que leur base va être attaquée pour les sauver ou réussir à défendre cette base contre l'Empire).


Partie.

Raccourci pour une partie de jeu. C'est une soirée consacrée à un scénario dans un jeu de rôles ou jeu de plateau, choisi en commun par les participants. On parle aussi souvent de séance en jeu de rôles.


Campagne.

En jeu de rôles, il s'agit d'une suite de scénars qui se déroulent dans le même univers (pas forcément le même monde). On parle de « jouer en campagne ». Jouer ainsi est plus valorisant car cela permet à tout un groupe de joueurs de faire évoluer leurs personnages ensemble, de créer des amitiés et inimitiés, découvrir les secrets du monde. Par exemple, le roi décide de faire des jeunes héros ses agents réguliers car ils ne sont pas mêlés aux intrigues de cour. Ils apprendront certainement très vite...



Supplément.

Il s'agit de tout livret publié en plus du livre de base d'un jeu de rôles contenant soit des scénarios, soit des nouvelles règles, soit des précisions sur l'univers de jeu, soit les trois. On parle par exemple de « supplément de JRTM ».


Critique.

Dans la plupart des jeux, existe la notion de réussite critique. Il s'agit d'un grand coup de chance genre : je touche l'ennemi mais en plus au défaut de la cuirasse ! Il va avoir très mal... Ou alors en parlant à un quelqu'un non seulement il me croit, mais en plus il propose son aide ou celle des ses amis (grand bonheur !).


Fumble.

Le mot anglais désigne une maladresse. C'est bien pire que ça ! Il s'agit d'une catastrophe lors d'un test de compétence. Par exemple, en voulant escalader une falaise : non seulement mon personnage n'est pas arrivé en haut, mais en plus il tombe. Pas bon pour lui...

JN